Tout savoir sur l’opération Trans-PKR

Une opération Trans-PKR (ou PKR transépithéliale) est une opération de “photokératectomie à visée réfractive” avec le retrait de l’épithélium cornéen par laser. C’est une alternative à l’opération PKR qui est devenue la référence en termes de technique de surface. Particulièrement recommandée pour les cornées fines et/ou suspectes, la chirurgie Trans-PKR ou technique « tout laser » permet une intervention plus rapide tout en diminuant les douleurs postopératoires. La trans-PKR est une technique laser « No-Touch » (sans contact). Comment se déroule une opération Trans-PKR ? Quels sont ses effets secondaires et ses risques ?

Les étapes et avantages d’une opération Trans PKR

L’opération Trans-PKR se déroule en trois étapes réalisées sous anesthésie locale par collyre :

-   Débridement de l’épithélium cornéen par les faisceaux du laser excimer (laser à excimères);

-   Traitement par Laser excimer du défaut de vision par remodelage de la cornée ;

-   Pose d’une lentille de contact souple agissant comme un pansement et retirée au 3ème jour.

Le choix entre une opération PKR ou une opération Trans-PKR dépendra du bilan préopératoire (trouble(s) visuel(s), anatomie de la cornée, etc..) réalisé par le chirurgien et les préférences du patient.

A résultats visuels égaux, la chirurgie laser de type Trans-PKR est plus rapide que la chirurgie PKR. Celle-ci nécessitant, lors de la première étape, une application d’alcool sur la cornée et un débridement manuel de l’épithélium cornéen.

L’opération Trans-PKR est souvent recommandée pour corriger les myopies inférieures à -6Dioptries associées ou non à une hypermétropie ou un astigmatisme moyens.

Opération Trans-PKR : quels sont les effets ressentis et les risques ?

Rapide (moins de 30 minutes) et sans douleur, une chirurgie laser par Trans-PKR se réalise généralement sur les 2 yeux.

Les types d’effets secondaires sont les mêmes que ceux rencontrés après une opération PKR : sécheresse oculaire, fluctuation de l’acuité visuelle et perception de halos. Des larmes artificielles sont systématiquement prescrites pour diminuer ces effets secondaires.

Cependant, certains retours d’expérience viennent mettre en évidence qu’après une opération laser Trans-PKR, les douleurs postopératoires sont moins longues et moins intenses qu’après une opération PKR.

La reprise d’une activité professionnelle est possible après quelques jours.

Lors d’un traitement laser de type Trans- PKR, le risque infectieux est minimisé grâce :

-       Au système de traitement et de renouvellement de l’air installé dans le bloc opératoire ;

-       A la prescription systématique de traitements antibiotiques et anti-inflammatoires.

Pour en savoir plus sur l’opération PKR qui est la technique précédent la mise au point de l’opération Trans-PKR, consultez cette page.